Personnages

Les

Les personnages tout faits coûtent Personnages
Les personnages tout faits coûtent, on le sait, « les yeux de la tête »… Leur qualité est sûrement très grande et le plaisir à les mettre en scène est incomparable — que ce soient par exemple les « clochards, concierge et agents de police » réf. 350 de M.K.D. ou « la bonne soeur et les petites filles » réf. 10401 de Preiser… J´aime aussi les inimitables motards et gendarmes époque IV, réf. 10191 de Preiser (17 euros les quatre pandores, mais fournis avec deux belles « béhèmes »). Soit dit en passant, la « francisation » est parfaite dans ces cas.Pour lutter contre la vie chère, nous autres modélistes avons une recette miracle : la hamstérisation. Naïfs comme les grands enfants que nous sommes, nous allons donc nous acheter une boîte de personnages chaque mois pendant vingt ans — et petit à petit, le temps aidant, nous pourrons nous imaginer que ça ne nous aura rien coûté !Une autre solution, plus fatigante, mais moins consommatrice de temps et de blé, c´est de les faire (du moins, les décorer) soi-même, ces fameux personnages ! Pour le H0, la marque Preiser commercialise des boîtes de figurines non peintes, en vrac sur leur grappe de moulage. Voilà un aperçu, non exhaustif, tiré du légendaire catalogue de Railway, le vépécéiste bien connu (les prix en euros sont arrondis) :

 

Nombre
Modèles
H0
Prix
approx.
120
figurines
« gare » (cheminots, voyageurs,
accompagnateurs)
27 euros
120
cheminots de la voie, travaux
publics, ménagères au marché,
passants divers
27 euros
42
pompiers
12 euros
36
figurines assises dont la
moitié troquées pour bus,
trains
10,5 euros
30
chauffeurs routiers et
conducteurs d´engins
11 euros
21
personnages dans la halle
marchandises
17 euros
120
personnages divers assis, pour
les terrasses, bancs de gare, sièges de
27 euros

 


Et il y en a bien d´autres… Remarquez les prix : le consommateur à la terrasse du bistrot nous revient presque à moins cher que la cigarette qu´il fume :-))) Preiser vend aussi (vu dans le même catalogue, mais jamais en réalité…) des personnages à la décoration simplifiée, pour le fond du ou à finir soi-même (60 « passants » pour 40 euros).
Quelle peinture Personnages
Quelle peinture ? Pour les grandes échelles, les livres (dont le très bon hors-série Loco-Revue sur et des magazines conseillent la peinture à l´huile qui permet des effets extraordinaires au niveau des mélanges, le temps de séchage étant très long. À nos petites échelles ces effets sont, je crois, impossibles à espérerLes peintures Humbrol (impossibles à touiller pour les mates et impossibles à refermer proprement après la première utilisation — et qui m´ont gâché mes jeunes années de modéliste), j´utilise surtout des acryliques à l´eau de sources diverses (grands magasins, grandes surfaces de bricolage…) .Je termine la peinture d´une figurine par une couche de vernis mat pour protéger des manipulations (je n´en ai pas trouvé en acrylique à l´eau d´où le vernis Model Master ci-dessous, n´importe quel autre serait aussi bien).

Dans chaque pot de toutes mes peintures, je place une bille métallique qui servira à faciliter le remuage intime de la peinture, en gagnant un peu de temps et d´énergie lors du secouage du pot.

Trois formes et deux tailles de pinceaux 

 

FORME

MATIÈRE

TAILLE

USAGE

Pinceau rond synthétique 00 et 0 couche de fond, détails du visage
Pinceau plat (bout rectangulaire) 1 synthétique 0 à 4 couche “primer”, brossage (frottis à sec)
Pinceau langue de chat 2 martre 0 à 3 pastels secs, carrés Conté, terres à décor

(1) Appelé fréquemment “pinceau plat” sans plus, par opposition à “pinceau langue de chat” (pinceau plat à bout arrondi).
(2) Pinceau plat à bout arrondi appelé aussi “usé bombé”.

Deux tailles de pinceaux : avoir deux tailles de chaque espèce (entre 00 et 4 selon la marque), au choix de l´utilisateur et selon la taille des surfaces à peindre.

Quelle peinture Personnages
C´est à ce stade qu´il faudra aussi, au cutter, à la fraise, à la lime, Les modèles, dont certains sont teutons comme c´est pas permis (agents de police, cheminots…), ou de les changer d´époque : remplacer le casque de chantier époque V par le béret basque époque III :Pour faciliter la manipulation des modèles pendant la ( longue mais amusante ) phase de décoration, on va les fixer sur un support : des petits bouts de bois en carré de 2 cm sûr 2 cm ( dont les extrémités sont coupées bien perpendiculaires : il faut que ça tienne bien debout !), dans lequel des épingles de couturière ont été fixées après qu´on leur a coupé la tête ).

Une bougie est allumée, l´aiguille est présentée à la flamme et après cinq secondes on enfonce l´aiguille dans le fondement de nos figurines !

On peut dorénavant les manipuler avec précision, la main tenant fermement le bout de bois, qui sert aussi de socle pour les étapes de séchage intermédiaires.

Première opération de peinture Personnages
Première opération de peinture : on couvre les personnages intégralement d´une sous-couche de peinture. Je choisis la couleur chair pour cette sous-couche, chair qui sera épargnée lors de la suite des opérations à l´endroit du visage, des mains, des jambes. Selon vos exigences, vous utiliserez une teinte chair du commerce ou vous mélangerez plusieurs couleurs.Si vous faites des mélanges, pourquoi ne pas les garder et les réutiliser, plutôt que de réinventer la roue à chaque fois ? Munissez-vous de tout petits pots en verre pour faire vos mélanges. Donnez à vos mélanges des numéros et reportez ces numéros et un échantillon de la peinture obtenue sur un nuancier « maison ». Faites-en autant, pendant que vous y êtes, pour vos autres peintures car ce que l´on voit sur le couvercle du pot a rarement un rapport étroit avec ce que l´on obtient sur le modèle après séchage.
Le reste est affaire de patience Personnages
Le reste est affaire de patience. Utilisez des pinceaux adaptés, jusqu´au numéro zéro pour les cravates ou les bretelles de pantalon… Si vous croyez qu´un détail est impossible à recréer, prenez modèle sur les figurines du commerce que vous avez déjà achetées : c´est en voyant les minuscules boutons de cuivre sur un chef de gare Preiser du commerce que j´ai trouvé le courage et je m´y suis repris à plusieurs reprises pour la première fois… Soyez fermes pour ne pas trembler : la figurine est fermement tenue par sa « poignée » de bois et les deux mains (et le socle dans certains cas) reposent sur la table de travail — en fait, seul le bout du pinceau remue… C´est pour les toutes dernières touches de peinture que l´on manipulera le personnage .
Le reste est affaire de patience Personnages
Ce que je ne fais pas mais que j´ai lu pour vous ailleurs : enfoncer à chaud (avec la bougie de tout à l´heure) un fil de 0,3 mm dans la jambe du personnage , puis enfoncer ce fil directement dans le décor, s´il est souple ou percer un trou de 0,3 si le décor est en dur (plâtre…).
Moi, je préfère que mes personnages soient mobiles : je ne veux pas que mes quais de gare, mes trottoirs de ville ou la cour de mon usine soient définitivement couverts de foules fixes ; tout doit bouger, si nécessaire pour une seule photo ; et les époques doivent pouvoir changer, du début de la III à la fin de la IV, avec des automobiles, des affiches publicitaires, des trains et… des figurines différents…Aussi je colle sous mes personnages des « socles » découpés dans une fine feuille de plexiglas à l´aide d´un perforateur de bureau. Une minuscule gouttelette de cyanolite assure le collage. Voyez le résultat sur la photo . Ça brille un petit peu, mais ça reste assez discret pour mon goût.
Aucun mot clé dans cette publication

Publications relatives

Laissez un commentaire

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*